Blog - Comment préparer le maté - Traditions et superstitions

Comment préparer le maté - Traditions et superstitions

  |  Views 38152  |  Votes 1 Vote(s)  |  Comments 20 Commentaire(s)


Le maté ou "mate" en espagnol, c'est une tradition, certes. Mais c'est aussi et surtout un art. A l'image des Japonais qui ont des écoles de préparation du thé et qui peuvent passer plus d'une heure à préparer un thé selon des processus ancestraux bien précis, les Argentins - bien que moins psychopathes que les Japonais - ont également quelques règles à suivre. J'entends déjà le commentaire d'un lecteur qui dit "Ouais mais toi t'es Suisse, ne viens pas nous donner des leçons sur la préparation du mate". Alors je lui réponds : allez, hop hop, va-t-en par là et laisse-moi prouver aux autres que je sais y faire - une fois de plus. Et force est de préciser que les Argentins me félicitent pour la qualité de mes matés. Sans doute car après avoir séjourné en Uruguay, je suis passé à bonne école.

Qu'est-ce que le mate (ou "maté" en français)

Le maté est une boisson à base d'herbes. Elle se consomme en Amérique du Sud : Argentine, Chili, Uruguay, Brésil et Paraguay. Mais l'Uruguay est proportionnellement le plus grand consommateur de mate. Au Chili, il se consomme davantage au Sud (Patagonie) mais cela reste dans des proportions discrètes.
Le maté se boit en général chaud. Cependant au Paraguay, il se boit froid : on y met de l'eau froide ou des jus fruités. Il s'appelle alors Terere.

Le matériel nécessaire pour boire du mate

  • La bombilla : à ne pas confondre avec "la bombacha". Une sorte de tube en métal, si possible en alpaca ou en argent et de préférence pas en alu ou en acier, sinon tu te brûles les lèvres. Une des deux extrémités est aplatie et trouée mais ça dépend il y en a des qui sont pas comme ça mais plutôt avec un ressort comme ça tu peux mieux nettoyer et l'autre extrémité est aussi un peu aplatie, mais pas vraiment... oh pis zut.
    Les mots
    C'est beau,
    Mais rien ne vaut
    Une belle image ooh

    Bombillas servant au mate
    Bombillas servant à boire le mate

  • Le "gobelet" dans lequel on prépare le mate, s'appelle "mate". Il est fait d'une plante nommée justement le "mate". Finalement on ne s'est pas vraiment cassé la tête au moment de donner des noms à cette invention.
    On coupe donc cette sorte de calebasse, on la sèche et cela forme un gobelet de bois. Ensuite, on peut le décorer en l'entourant de cuir. Il existe plusieurs types de gobelets servant à boire le mate : faits de bois, un pied de vache évidé et séché (oui oui...), ou une simple tasse de fonte (les vieilles surtout y boivent leur mate : mais pas n'importe quelle tasse, non, une tasse en fonte, généralement bleue ou verte). L'autre jour j'ai même bu un mate dans le couvercle en plastique du thermos. Beurk. Voici ci-dessous une illustration d'un mate que j'ai acheté en Uruguay.

    Mate de type camionero
    Mate de type "camionero" de par ses bords évasés.

  • La Yerba : l'herbe. C'est l'ingrédient principal. Mais rappelons qu'on peut y ajouter des jus fruités mais également du sucre ou une sorte de liquide dégueulasse, telle de l'assugrine fondue. On dit alors que le maté est "dulce" (sucré). Sinon, en général, il est "amargo" (amer). Mon ex colocataire y ajoutait parfois du café moulu.
    L'herbe peut être "con palo" ou "sin palo" : avec ou sans petites brindilles de bois. Ayant été formé en Uruguay, je le prends "sin palo", ça le rend encore plus amer mais lui supprime un certain goût boisé artificiel (ooooh... je parle déjà comme un spécialiste).
    On trouve plus facilement des paquets (500 gr. ou 1kg) de yerba con palo (en Argentine) que "sans petites brindilles". Certaines herbes sont agrémentées d'écorces d'oranges, de saveurs au citron ou à la menthe. On trouve même ce qu'on appelle l'herbe "compuesta" qui est composée d'un mélange de plusieurs herbes aromatisées.

    Yerba de mate con palo y sin palo
    Les deux sortes de Yerba pour maté : avec ou sans "palo" (brindilles de bois).

  • Matera de cuero, Uruguay Accessoirement, la matera : une sorte de sacoche en cuir (dans notre exemple, du vrai cuir, hehe) vous permettant de trimbaler tout l'atiraille où que vous alliez. Il existe aussi, dans les accessoires, la petit truc qui sert à y mettre la yerba pour mieux la servir. En gros, une sorte de tupperware avec un mini couvercle coulissant. Je n'en ai pas, donc pas de photo. Mais la matera est tellement jolie qu'on me pardonnera aisément.
    La lanière sert à porter la matera en bandoulière. Au dessus, un petit couvercle qui coulisse dans la lanière de cuir. Les attaches sont faites de peau ou de boyaux. Il existe des materas très chères, toutes décorées, avec des intérieur en revêtement de velour. Non non, sérieux. En Argentine, la matera est moins fréquente qu'en Uruguay. En revanche là-bas, c'est comme les attributs masculins : un sac qui te suit partout, où que tu ailles.

Préparation

Vous voilà prêt à tester votre premier mate. Vous avez déjà tous les éléments d'un vrai professionnel, alors l'étape qui suit, vous avez intérêt de ne pas la foirer.

Cuire l'eau avec la pava Cuire l'eau avec "la pava" (sorte de théière)
Pas compliqué : prenez simplement garde à ne pas trop remplir la pava, sinon ça va déborder par le goulot lorsque l'eau commencera à chauffer (phénomène physique : expansion des corps chauds). Mais le plus important, ne pas cuire l'eau. Une température idéale avoisine les 70 à 85 degrés. Lorsque l'eau cuit et fait pfffffiiiiii, c'est foutu. Vous avez cuit l'eau. N'oubliez pas d'éteindre le gaz.
NB : Pour éteindre le gaz après cuisson de l'eau, ne pas souffler comme un forçonné sur la flamme, mais simplement couper le gaz.

Verser la yerba de mate Préparer la yerba du mate : profitez que l'eau chauffe pour mettre à profit votre précieux temps en préparant l'herbe à maté. Sachez que de toute façon, cette étape nécessite une sorte de temps de repos à l'herbe pour qu'elle gonfle. Vous pouvez même commencer par cette étape avant de mettre la pava sur le feu.
Remplissez donc le mate camionero de l'herbes à maté : j'utilise la Taragui sin palo.

Verser la yerba de mate

Le bon remplissage
Remplissez le mate au 4/5 environ. Laissez de l'espace pour l'eau. Si vous remplissez trop, les gorgées seront courtes et il vous sera plus difficile de verser l'eau, sous peine capitale de faire déborder à chaque fois que vous allez servir. Et votre environnement de détente deviendra vite un vrai Capharnaüm.

Enlever la poussière

Secouer pour enlever la poussière. En effet, si vous bouchez bien le mate et l'agitez quelques fois, vous allez voir se déposer sur votre main - propre de préférence - de la poussière de yerba. Avec votre autre main, vous pouvez vous en débarrasser, puis répéter le mouvement 2 ou 3 fois afin de supprimer davantage de poussière. Mais n'exagérez pas, car il y aura toujours de la poussière et c'est une lutte perdue d'avance. Au dernier secouage de yerba sans défence, inclinez le mate à 90° en faisant fi de le compresser sous son propre poids.

Former un monticule

Formation d'un monticule. Tout en redressant le maté à environ 62° d'inclinaison, retirez délicatement votre main et observez le monticule alors créé. Allez sous l'évier en tentant d'éviter que le monticule ne s'effondre.

Commencer par remplir d'eau froide

Laisser l'herbe absorber l'eau froide. Ajouter de l'eau froide dans le creux. Redressez délicatement le mate (oui je sais, c'est très délicat la préparation du maté) au fur et à mesure que le creux se remplit d'eau. Arrêtez avant que l'eau n'atteigne le sommet du monticule. Vous pouvez désormais vous relaxer, tenir le mate à l'horizontale, et si tout va bien, le monticule ne s'effondre pas et l'eau ne jaillit pas telle un geyser.
Laissez alors reposer un moment : 1 minute ou deux. Ainsi l'herbe absorbera l'eau froide.

Introduire la bombilla dans le mateMoment crucial : introduire la bombilla
Crucial car c'est là que ça se décide : vous êtes un raté du maté et ne savez pas le préparer sans que la bombilla (paille) se bouche, ou alors vous êtes pas trop mal, mais ce n'est pas pour autant qu'on vous félicitera.
Pour éviter que la bombilla ne se bouche, mettez votre pouce à l'extrémité de la paille. Lavez-vous le pouce au préalable si vous en sentez le besoin.
Introduisez la bombilla, sans gêne, dans l'herbe humide, jusqu'au fond et de manière presque perpendiculaire, de manière à racler le fond, jusqu'à atteindre le bord opposé. Vous pouvez même faire soulever légèrement le monticule pour vous assurez que vous avez bien touché le fond et que les choses soient là où elles doivent se trouver.
Normalement il ne doit pas y avoir d'eau "visible", car l'herbe a dû l'absorber. Si ce n'est pas le cas, attendez encore une ou deux minutes avant l'introduction tant attendue.

ATTENTION J'entends l'eau qui fait pfffffiiiiii, vous l'avez laissé cuire ! Je vous avais averti pourtant. Mais c'est assez typique en fait, et nous allons voir comment rattraper le coup.

Verser l'eau chaude dans le thermosVerser l'eau dans un thermos, une étape a priori pas trop compliquée. Prenez tout de même garde à ne pas verser à côté, sur votre main qui tient le thermos. Par mesure de sécurité, il est vivement conseillé de ne pas tenir le thermos durant le remplissage parce que de toute façon il ne va pas s'en aller. Utilisez si possible un de ces thermos avec écoulement facile car vous allez devoir conserver l'eau à température durant au moins 30 minutes - le temps d'une série de matés. Et durant ces trente minutes, en plus, vous allez devoir servir une quinzaine de matés.

Ajouter de l'eau froide si besoinPuisque vous avez laissé l'eau cuire, trop affairé à former le monticule parfait vous allez devoir ajouter de l'eau froide dans le thermos. Personnellement je préfère une eau pas trop chaude car c'est plus facile à boire, l'intensité du goût de la yerba est plus régulier et donc le mate se délave moins vite.
NB : En Argentine, l'eau est potable. Inutile de la cuire ou de se faire une paranoïa. Donc vous pouvez aisément ajouter de l'eau froide dans l'eau bouillie.

Servir le mate : cebarAyè ! Vous êtes prêt à servir ("cebar")
Mais ne vous relâchez pas, pas à ce niveau de la compétition. Premièrement, ajoutez de l'eau dans le mate. Cela produira un premier maté un peu tiède - puisque vous avez ajouté auparavant de l'eau froide. Ce mate vous est réservé. N'oubliez pas que celui qui prépare le maté, le "cebador" se doit de boire le premier maté. Mais ne faites pas cette tête, le premier mate est très bon. Il vous sert de test : l'eau est-elle trop chaude, trop froide ? La bombilla est-elle bouchée ? L'herbe est-elle pourrie ? (??!!).
Verser l'eau du thermos toujours à l'endroit où la bombilla plonge dans les abysses de la yerba du mate et ce, avant d'atteindre le sommet du monticule. Laissez-le en paix. Il s'effondrera de lui-même au fur et à mesure que vous servirez les matés. Lorsque l'herbe sera "lavada" (délavée de goût), le monticule sera, en général, presque complètement effondré et humide. C'est magique.

Traditions, superstitions et comportements à éviter en buvant du mate

Il y a quelques us et superstitions autour du mate. De même, il y a certains réflexes à éviter à tout prix.
Par exemple :

  • Ne pas mélanger le contenu avec la bombilla. C'est à 90% le réflexe des touristes buvant du maté pour la première fois. Ils veulent "mélanger". Mais nooooon ! Ceci est un crime de lèse-majesté. Seul celui qui a préparé le mate peut tourner la bombilla afin d'arranger le maté ("arreglar") s'il a été mal préparé ou s'il est "lavado" (délavé de goût) pour y ajouter de la yerba.
  • Lorsque c'est son tour de boire, on boit tranquillement sans se brûler les lèvres; rappelez-vous que le liquide passe dans la bombilla de métal, et si c'est de l'aluminium, ouich. Mais ne rendez pas le mate avant de l'avoir terminé totalement. Jusqu'à ce que ça fasse du bruit schlooouiiirrrks, le genre de bruit que vous faisiez quand vous étiez gamin en terminant votre frappé vanille et que votre maman vous tapait sur les doigts pour dire que c'est pas bien - sauf ma maman à moi, qui ne m'a jamais tapé, mais qui, elle aussi, me disait de pas faire schlooouiiirrrks avec la paille et le reste du frappé vanille qui reste désespérément scotché au fond du verre. Sinon je faisais aussi des bulles avec le lait, mais c'est une autre histoire.
    En général vous arrivez au stade du schlooouiiirrrks après environ 3 ou 5 gorgées. Ca dépend de la grandeur du maté, de la quantité d'herbes qui a été mise et de votre capacité laryngologique.
    N'exagérez pas non plus dans 1) le temps durant lequel vous monopolisez le mate - car souvent il y a un mate pour 2 ou 10 personnes et 2) quand vous avez fait schlooouiiirrrks , arrêtez et transmettez le mate à celui qui sert (le "cebador"). Ne passez pas vos frustrations d'enfance. Ce serait sans doute incompris et mal vu, étant donné que dès le plus jeune âge les Argentins boivent du maté, peuvent faire le schlooouiiirrrks et n'ont donc pas la frustration du schlooouiiirrrks.
  • On dit que si la bombilla se bouche, il faut gratter sous le maté. Or je maintiens que premièrement ça ne fonctionne pas et que surtout, si ça se bouche c'est que celui qui l'a préparé n'a pas su faire. Et paf, dixit le Suisse.
  • Ne vous vexez pas comme un pou si celui qui prépare le mate se sert en premier. C'est normal, c'est même un geste de politesse. En effet, le premier maté que l'on prépare n'est pas forcément le meilleur : il peut y avoir de la poussière d'herbes, l'eau est en général trop froide - car le premier mate se fait de l'eau tiède pour ne pas brûler ("quemar") l'herbes, sinon le mate devient très vite "lavado" (délavé de goût). La bombilla peut être bouchée également. Enfin bref, plein de raisons qui font que le "cebador" boit le mate en premier.
  • Ne dites pas merci à chaque fois. Ne dites même merci que lorsque vous avez terminé de boire. Car il se peut que les gens continuent d'en boire et que vous soyez rassasié, voire repus. "Merci", en espagnol, ça se dit "gracias". Je vous dit ça pour éviter que l'on vous invite à boire du maté, et ne sachant pas comment dire merci, vous terminiez par exploser.
  • Soyez sympa, si vous êtes malade, ne prenez pas de maté avec vos amis. Sinon vous allez non seulement les contaminer, mais en plus vous serez un gros égoiste sadochiste.
  • En général on ne tend pas le mate avec la bombilla dirigée en avant. Il paraît que que c'est agressif et pourrait signifier qu'on n'aime pas la personne à qui on tend le mate. Et on vous le fera sûrement si vous avez, comme je l'ai dit tout à l'heure, bu du maté sans avertir que vous étiez malade.
Blog's entry keywords Information   |  Argentine   |  Mate   |  Préparation   |  Tradition
Blog's author2008-11-26
Ton nom et prénom
Ton commentaire
Courriel
Être averti si quelqu'un poste un commentaire après moi
Voter pour cette entrée du blog :

Faim de Voyages 25.10.2016 (14:35:23)
Merci pour ces informations pratiques :)
On en consomme très régulièrement et on adore ça !
https://faimdevoyages.com

Nicolas 22.05.2016 (20:31:29)
Bonjour,
Combien de temps peut-on conserver du maté entammé dans une calebasse?
Merci.

Nicolas 22.05.2016 (20:19:30)
Bonjour,
combien de temps peut-on conserver du maté entammé dans une calebasse?
Merci

fouqué Anne 10.11.2015 (19:13:39)
AAAHHHH quel bonheur, pour une franco suisse, de lire ce super exposé. je vais donc revoir mes bases, m'appliquer, et savourer. cool!!! Gracias pour ce topo. çà joue pour moi.

cassandra 24.08.2015 (22:44:05)
bonjour j'ai l'intention de m'en acheter un mais j'ai peur de tout rater on me dit que c'est pas bon es que c'est vrai on c'est des mensonge aidée moi s'il vous plais...?

selingant olivier 29.12.2014 (15:53:26)
ça fait envie, je m'y mets ... 1/ ne pas cuire l'eau, ... les ennuis commencent...
MERCI

dominique 17.12.2014 (11:19:34)
Hello Raph, j'en déguste en ce moment même et .... J'ADORE. On partage ?
Pour l'instant je le bois à la mode féminine ;-) puisque je mets un peu de sucre. Mais j'y arriverai, j'en suis certaine, à le boire à la mode argentine, sans sucre.
Merci encore pour les précieux conseils.
Pendant la pause de fin d'année, je vais essayer de confectionner le dulce de leche et aussi la torta negra. Mais pour la torta, j'ai de la peine à trouver une recette.
Je continue les recherches.
A bientôt et toute belles fêtes de fin d'année.

Raph 16.12.2014 (20:14:00)
Alors Dominique, comment était ton mate suite à mes explications ?
Nous voulons le suivi !

Dominique 09.12.2014 (16:54:08)
Génial cette explication. Je m'y suis revue. Dès demain, je vais commencer l'apprentissage et devenir une préparatrice et buveuse de yerba maté. Merci beaucoup.

kali Jane 21.12.2013 (11:44:09)
Merci, drôle et excellente cette explication. J ai pu tester avec succès.

Bérengère 04.03.2013 (16:52:04)
Merci beaucoup :)

eric 26.12.2012 (09:33:03)
merci d'avoir pris le temps de m'instruire.

Tartopoms 01.12.2012 (09:33:01)
On s'y croirait!
Bon du coup, ça enlève un peu de charme à la tasse de faux maté que je viens de faire avec un sachet - bouhouh mais d'ignorante je deviens éclairée, merci à toi.

Timothée 21.09.2012 (10:21:10)
Juste parfait...

Timothée 21.09.2012 (09:37:27)
Juste parfait...

Lemos Gabriela 12.03.2012 (16:34:15)
Bonjour, je vous felicite puisque c'est vrai vous avez tout compris sur comment preparer un mate. Merci, ca fait longtemps je voulai faire cadeau d'un Mate a quelqu'un et je n'arrivait pas a trouver le bon site. Et je sais de quoi je parle, etant Argentine. chauuuuuuuu

Raph 03.12.2008 (02:07:59)
Non mais toi tu te bases sur ton dégoût pour le mate pour me dire si mon maté est bon. C'est un peu perdu d'avance.
Quant à ta phrase : moi je te fais un café renversé à tomber à la kashmiri.

Philippe 02.12.2008 (18:14:51)
"force est de préciser que les Argentins me félicitent pour la qualité de mes matés". Ouais ben moi je te félicite pas pour ton maté qui me semblait bien amer. Attends seulement que je te prépare un kawah, qui n'est pas un café mais un thé kashmiri à tomber à la renverse.

Raph 01.12.2008 (22:24:53)
Oliiii !! Oui, pas besoin de me faire envie. Je parle du froid, bien sûr, mais également du nouveau bâtiment AutoScout24.
J'avais presque hésité à rester au sein de l'entreprise juste pour ne pas manquer ça. Mais quand (si) je reviens en Suisse, évidemment je ne manquerai pas de faire une tournée diplomatique (pour commencer, puis éthylique pour terminer).

Merci pour ton message et j'essaierai de maintenir un blog plus ou moins intéressant.

Rihs Olivier 01.12.2008 (20:57:26)
Ciao Hombre,
Un grand merci pour ta Newsletter qui nous permet un peu de rêver en plein hiver par des températures en dessous de zéro. Si toi tu bats contre le chaud, nous on se les pèles!:-) Chez AutoScout24 on a la pêche, on vient aussi d'intégrer notre nouveau bâtiment avec resto et centre de Fitness intégré rien que pour nous. Donc plus de raison de prndre des kilos pour rien...
Finis les chicas? Place aux Geishas? Je me réjouis de suivre la suite de tes aventures et de tes "délires".
Suerte y
Hasta luego hombre.

Oli


Les autres billets du blog :

Photographie numérique : on vous prend pour des cons Votes 1 Vote(s)   |   Views 252225   |   Commentaire(s)2
Tucumán Hostel : vol organisé + insalubrité Votes 1 Vote(s)   |   Views 64069   |   Commentaire(s)2
Facebook, ou l'empereur du royaume cybernétique Votes 2 Vote(s)   |   Views 32084   |   Commentaire(s)3
Big Brother Brasil Votes 4 Vote(s)   |   Views 58917   |   Commentaire(s)0
Devinette VI : la suite de chiffres vexante Votes 1 Vote(s)   |   Views 7791   |   Commentaire(s)2
String rose Votes 1 Vote(s)   |   Views 11037   |   Commentaire(s)0
Mes mails de Narcisse futiles Votes 0 Vote(s)   |   Views 7254   |   Commentaire(s)2
Pendeja agrandada Votes 0 Vote(s)   |   Views 8326   |   Commentaire(s)0
Noël sous les tropiques Votes 0 Vote(s)   |   Views 12532   |   Commentaire(s)0
Le manque d'originalité de mon blog Votes 0 Vote(s)   |   Views 9477   |   Commentaire(s)2
Les files d'attente - la résignation Votes 0 Vote(s)   |   Views 10094   |   Commentaire(s)2
Tempêtes Votes 0 Vote(s)   |   Views 4170   |   Commentaire(s)0
Je prends le risque Votes 0 Vote(s)   |   Views 9781   |   Commentaire(s)7
Devinette V : la yerba de mate Votes 0 Vote(s)   |   Views 5836   |   Commentaire(s)2
Devinette IV : sonner sans sonnette Votes 0 Vote(s)   |   Views 4982   |   Commentaire(s)8
Devinette III : c'est pas la taille qui compte Votes 0 Vote(s)   |   Views 5957   |   Commentaire(s)2
Devinette II : le piéton solitaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 5737   |   Commentaire(s)2
Chemin le plus rapide Votes 0 Vote(s)   |   Views 5714   |   Commentaire(s)4
Devinette I : bon anniversaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 9685   |   Commentaire(s)1
En Argentine, c'est normal... Votes 2 Vote(s)   |   Views 5537   |   Commentaire(s)5
El hollín (la suie) de la canne à sucre Votes 0 Vote(s)   |   Views 6271   |   Commentaire(s)0
Chaud ! Chaud ! Votes 0 Vote(s)   |   Views 15913   |   Commentaire(s)2
Premier billet du blog - Explications Votes 0 Vote(s)   |   Views 5549   |   Commentaire(s)1